L’Organisation mondiale de la santé reconnaît maintenant la dépendance aux jeux vidéo.

Votre habitude au jeu vidéo est-elle un problème de santé mentale ?

La plupart d’entre nous comprenons comment des maladies comme l’alcoolisme et la toxicomanie peuvent causer de la douleur et de la souffrance. L’envie d’une cigarette ou d’une boisson forte à l’occasion est une chose, mais la dépendance oblige une personne à se comporter de façon inhabituelle et souvent destructrice pour trouver le prochain remède. Mais vous pouvez aussi devenir accro aux comportements, comme le jeu vidéo. Et les professionnels de la santé commencent à se rendre compte qu’à l’ère moderne, les dépendances comportementales peuvent devenir des choses apparemment inoffensives, comme les jeux vidéo sur pc gamer (voir l’article), à tout à fait dangereuses. En fait, l’Organisation mondiale de la santé va maintenant classer le trouble du jeu, une dépendance aux jeux vidéo, comme un véritable problème de santé mentale. Les rapports de ce changement ont fait surface en décembre 2017, sur la base d’un projet de bêta publié par la Classification Internationale des Maladies de l’OMS. La CIM est un outil de référence standard sur la maladie, mais les nouvelles listes du projet n’ont pas encore été approuvées par l’OMS à l’époque. De nombreux professionnels de la santé mentale n’étaient pas d’accord avec l’ajout proposé, mais l’OMS a officiellement publié le projet, avec le trouble du jeu toujours inclus, le lundi 18 juin. L’idée que passer des heures à jouer à World of Warcraft pourrait être un signe de quelque chose de sinistre n’est pas du tout nouvelle. La condition ne figure pas actuellement dans le manuel du diagnostic et des statistiques des troubles mentaux, mais l’édition la plus récente du livre a identifié le trouble du jeu sur Internet comme une condition justifiant plus de recherche clinique et d’expérience avant qu’il puisse être considéré pour inclusion dans le livre principal comme un trouble formel. Un grand nombre de personnes souffrent d’une dépendance à Candy Crush et ces souffrances sont similaires à celles qui sont liées à l’addiction à la cocaïne. Leurs vies sont ruinées, leurs relations interpersonnelles souffrent, leur condition physique souffre. De nombreux professionnels de la santé mentale qui croient en la véracité de la maladie disent que la reconnaissance de l’OMS facilitera la recherche d’un traitement pour les personnes atteintes.

Comment le jeu peut-il être une dépendance ?

Une dépendance ne doit pas nécessairement être liée à la drogue. Une dépendance est une maladie chronique de la récompense du cerveau, de la motivation, de la mémoire et des circuits connexes. Fondamentalement, toute substance ou activité qui commence à déclencher les centres de récompense de votre cerveau, les parties qui libèrent des hormones qui nous font nous sentir bien, d’une manière qui vous fait rechercher pathologiquement le soulagement est addictif. Lorsque les jeux vidéo vous donnent un frisson en vous laissant battre un adversaire ou atteindre un nouveau score élevé, ils détournent les mêmes circuits cérébraux qu’un verre d’alcool. Même des jeux apparemment inoffensifs comme Candy Crush peuvent conditionner les utilisateurs à rechercher ses couleurs et ses sons caractéristiques, qu’ils en sont venus à associer à une poussée de dopamine. Ce cycle amène les gens à faire des choix qui sont objectivement mauvais pour eux, comme fumer des cigarettes, cancérigènes, ou jouer à des jeux vidéo toute la journée alors que vous savez qu’ils devraient travailler, communiquer avec leurs amis et leur famille voire prendre soin d’eux-mêmes ou des personnes à leur charge. Vous êtes peut-être plus familier avec la dépendance au jeu qui existe déjà comme diagnostic. Mais il devient clair que les jeux peuvent vous faire du tort même s’il n’y a pas d’argent sur la table. En fait, les arguments contre l’inclusion du trouble du jeu comme dépendance officielle n’ont pas tendance à suggérer que l’addiction ne peut pas être dangereuse et persistante. Certains experts estiment simplement que le terme addiction est trop chargé, étant donné que de nombreux dépendants au jeu sont des enfants et des adolescents. On craint que la classification d’une telle dépendance puisse amener les parents et les médecins à classer l’utilisation normale des jeux vidéo comme un comportement pathologique lorsque cela leur convient, ce qui pourrait même amener les enfants à rechercher des substances plus dangereuses lorsqu’on leur enlève leurs jeux. Pour l’instant, la seule dépendance comportementale dans le DSM est la dépendance au jeu. Mais certains soutiennent que les dépendances à l’alimentation, au shopping, à l’utilisation d’Internet, au sexe et à d’autres activités devraient être incluses.

À quoi ressemble la dépendance au jeu ? Est-ce que vous l’avez ?

Il est important de noter que l’existence d’un trouble du jeu ne signifie pas que les médecins disent que les jeux sont intrinsèquement mauvais ou dangereux. Les jeux vidéo peuvent être un outil d’apprentissage efficace et ils peuvent aussi être amusants. Le plaisir est important ! Personne ne veut vous enlever votre plaisir. Voici les comportements que l’OMS qualifierait de caractéristiques du trouble du jeu :

  • Contrôle altéré sur le début, la fréquence, l’intensité, la durée, la fin ou le contexte du jeu.
  • Accroître la priorité accordée au jeu dans la mesure où le jeu a préséance sur les autres intérêts de la vie et les activités quotidiennes.
  • La poursuite ou l’escalade du jeu malgré l’apparition de conséquences négatives.

Cette dernière est vraiment la clé. Les humains sont enclins à faire de mauvais choix au nom d’un agréable moment. Tout comme un rendez-vous avec votre meilleur ami ne vous ferait pas étiqueter comme un alcoolique, une heure ou deux de jeu dans votre horaire quotidien régulier ne fait pas de vous un dépendant. Mais si cette heure planifiée a tendance à se transformer en une nuit blanche plus souvent que vous ne le voudriez, au détriment de votre rendement au travail et à l’école, cela signale un problème. Dans certains pays où le jeu marathon est plus socialement acceptable, des personnes sont mortes d’épuisement, de stress, de malnutrition et de déshydratation alors qu’elles étaient assises sur des consoles pendant plusieurs jours. Mais la désignation de l’OMS ne se réfère pas nécessairement uniquement à ces cas extrêmes. Il est possible d’avoir un comportement compulsif qui a un impact négatif sur votre vie sans pour autant y mettre fin. Vous pouvez continuer à jouer à un jeu même si votre conjoint a clairement indiqué que votre relation souffre d’un manque d’attention, ou même si vous savez que vous avez une présentation de travail ou un examen scolaire important le lendemain matin. Vous pourriez renoncer à une alimentation saine, à l’hygiène et à l’exercice physique parce que vous ne pouvez pas vous éloigner d’un jeu. Si vous avez toujours l’impression de n’avoir aucun contrôle sur votre jeu (et surtout si vous avez ressenti le besoin d’essayer d’arrêter ou de mentir à ce sujet), il se peut que vous soyez aux prises avec une dépendance.

Que devons-nous faire si nous avons un problème de jeu ?

Malheureusement, le fait que la dépendance au jeu soit un problème si récemment reconnu signifie que les cliniciens sont encore en train de chercher la meilleure façon de la traiter. Mais la bonne nouvelle, c’est que les jeux vidéo sont beaucoup plus inoffensif pour l’organisme que d’essayer de se débarrasser de la drogue ou de l’alcool sans l’aide d’un médecin. Vous pouvez être irritable et vous aurez certainement de la difficulté à éviter votre jeu préféré, mais vous n’allez pas passer des jours à vous sentir physiquement malade. La recherche d’une source plus saine d’exercice semblable à la dopamine pourrait vous aider à traverser la période la plus difficile. Mais vous devriez faire attention à ne pas remplacer le jeu par une dépendance encore plus malsaine comme la consommation d’alcool. Idéalement, vous ne le ferez pas seul. La dépendance au jeu non ludique n’est peut-être pas encore dans le DSM, mais si une compulsion au jeu altère votre santé et votre bonheur, un professionnel de la santé mentale peut quand même vous aider. Vous devriez chercher un thérapeute si vous en êtes capable. Si ce n’est rien d’autre, commencez à parler de vos préoccupations à un ami ou à un membre de la famille qui vous soutient. Et si même parler de votre problème vous semble trop compliqué au départ, vous pouvez plonger rechercher des ressources en ligne sur des forums.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *